Top

Media Planet #24: CNews, Fillon, Trump

Les papys de la télé

iTele, bientôt rebaptisée CNews, compte sur les papys de l’audiovisuel pour se relancer. Jean-Pierre Elkabbach, 79 ans au compteur, PPDA, bientôt soixante dix ans, et Rachid Arhab, qui fait figure de petit jeune avec ses 61 ans, rejoignent tous les trois la chaîne d’information du groupe Bolloré.
Sans tomber dans le racisme anti-vieux, tout cela fait un peu reconstitution de ligue dissoute.
La télévision nous a longtemps vendu la ménagère de moins de cinquante ans. Elle va maintenant essayer de nous vendre l’animateurs de plus de soixante-dix. Rien d’étonnant: le petit écran, déjà surconsommé par les plus âgés, continue de vieillir doucement avec la population. Logique qu’il soit également fabriqué et animé par eux. Squatté?

La communication de François Fillon

« On a un chef qui a été élu par 4 millions de Français ». Eh oui, ce sont les nouveaux éléments de langage de la communication de François Fillon, qui s’est livré cette semaine à un exercice bien connu de la communication de crise: les excuses publiques, même s’il a pris soin de rappeler qu’il n’avait rien fait d’illégal.
Chaque jour apportant son nouveau lot de révélations, Fillon sera-il à nouveau audible? On sait qu’il est assisté dans sa communication par Anne Méaux, la grande papesse de la discipline. Ce qui nous interroge sur le pouvoir de la communication: peut-elle sauver le soldat Fillon? Sur ce dossier, on ne peut s’empêcher de penser que la communication ne peut pas non plus faire de miracle.

Trump s’aliène la Silicon Valley

Le fameux décret anti-immigration de Donald Trump, recalé par un juge fédéral, a réussi l’exploit de dresser contre lui la plupart des entreprises stars de la Silicon Valley. Certaines, comme AirBandB, ont même profité du Superbowl, le week-end dernier, pour faire entendre leur voix. Ce qui nous amène à la notion d’entreprise « citoyenne »: on attend clairement des entreprises qu’elles s’invitent dans le débat public et qu’elle prenne position. Même si cela n’a pas effleuré l’industrie de la mode, selon Le Monde, qui pointe un silence assourdissant. Bernard Arnault, le patron de LVMH, a pris la peine de rencontrer Donald Trump avant son investiture. Mais ce n’est pas ce qu’il a fait de mieux. Il y a des images qui restent dans l’histoire.

Chaque semaine dans Media Planet, l’actualité des médias et de la communication décryptée en vidéo par François Kermoal, fondateur de Steve & Cie. En partenariat avec l’agence média 146 & Cie. N’hésitez-pas à vous abonner pour être certain de ne pas manquer un numéro…

Steve & Cie est une marque déposée.