Archive | Monde

Media Planet #22: BFM Paris, Lego, et Emmanuel Macron

BFM TV lance BFM Paris

Télé Nantes, Télé Tours, et… BFM Paris. Bon c’est raté. Sans boxe SFR, impossible de regarder BFM Paris, la nouvelle chaîne d’information locale en Ile-de-France. Pour l’instant, la chaîne est diffusée sur le canal 30 de la TNT, en remplacement de BFM Business Paris, mais seulement sur les boxes de SFR, ce qui est franchement ballot. Pourquoi pas la concurrence? Mystère. Sinon, pour l’anecdote, les journalistes de BFM Paris utiliseront principalement un iPhone pour faire leur reportage. On est loin de la lourdeur des début de la télévision, et heureusement, car les modèles économiques de ces télévisions locales sont compliqués. Incidemment, occulter une partie de population ne va pas aider BFM Paris à trouver son modèle publicitaire.

Lego arrête sa pub dans le Daily Mail

Le groupe Danois Lego arrête sa pub dans le tabloïd anglais Daily Mail, qu’il accuse de promouvoir la haine. Lego offrait des jouets gratuits avec certaines éditions du quotidien. Quand les marque se revendiquent citoyennes, cela se résume souvent à de la communication. Dans le mauvais sens du terme. Mais cette fois, une marque, et non des moindre, s’engage ouvertement contre le racisme anti-immigrés. C’est rare. Ce serait sympa qu’il y en ait d’autres, surtout en ce moment.

Macron lance sa campagne

Des manifestants qui marchent dans les rues de New York pour protester contre l’élection de Donald Trump… On n’a pas fini d’entendre parler du président élu des Etats-Unis, dont l’impact sur l’élection présidentielle française devrait être significative. Des gens qui marchent, cela nous rappelle évidemment le nom du mouvement d’Emmanuel Macron, « En marche ». L’ex-Ministre de l’économie a officialisé sa candidature à la présidence de la République, ce 16 novembre. Un candidat sans parti politique derrière lui a-t-il ses chances? De fait, la désaffection du public pour les « élites » et les professionnels de la politique, aux Etats-Unis comme en France, est telle, que prendre ses distances avec les partis traditionnels, semble la meilleure stratégie de communication. Au moins pour commencer.

Chaque semaine dans Media Planet, l’actualité des médias et de la communication décryptée en vidéo par François Kermoal, fondateur de Steve & Cie. En partenariat avec l’agence média 146 & Cie. N’hésitez-pas à vous abonner pour être certain de ne pas manquer un numéro…

 

Lire la suite

Media Planet #20: AT&T, Petit Web, France Télévisions

AT&T veut s’offrir Time Warner

C’est une deal à 85 milliards de dollars; le prix que compte mettre l’opérateur téléphonique américain AT&T – si on l’y autorise – pour s’offrir le groupe de médias Time Warner! Un nouveau pari sur le mariage  complémentaire entre les tuyaux, c’est à dire les millions d’abonnés d’AT&T, et les contenus de Time Warner, comme la plateforme HBO ou la chaîne CNN. En France, à une échelle plus petite, Altice, le groupe de Patrick Drahi qui contrôle SFR, un autre opérateur téléphonique, s’intéresse aussi aux contenus, avec les rachats de L’Express et Libération. Pour l’instant, il faut le reconnaître, on tarde à voir l’intérêt économique de ce genre de deal. Quant à l’intérêt pour les abonnés de SFR ou l’intérêt purement journalistique, je vous laisse juge…

L’Autorité de la concurrence ouvre le dossier de la pub sur Internet

L’Autorité de la concurrence s’intéresse aux pratiques publicitaires sur Internet, comprenez Google et Facebook. Selon Petit Web, les annonceurs ont reçu un courrier leur demandant de répondre à 72 questions sur leurs pratiques publicitaires. Tout y passe, que ce soient leurs investissements sur les réseaux sociaux, la programmatique, et même les adblockers… Et il faut y répondre, sous peine d’amendes pouvant aller jusqu’à 1% du chiffre d’affaires, ce qui est beaucoup.  Ca ne vous rappelle rien? La loi Sapin, bien sûr, qui ne concernait a priori pas, jusqu’à présent, la publicité sur Internet… Cela va clairement changer. Finies les rétro commissions!

France Télévisions épinglée par la Cour des comptes

France Télévisions ne s’est pas assez réformée et à laissé sa situation financière se dégrader entre 2009 et 2015. C’est la Cour des comptes qui le dit dans son dernier rapport, accablant pour la gestion de la télévision publique. Je vous passe les détails, comme le cumul des rémunérations pour certains salariés, rémunérés à la fois par le groupe public et les boites de production qui vendent leur production au même service public…Pour info, la télévision publique a reçu une dotation de 2,5 milliards d’euros en 2015.

Ce qui explique aussi toutes les luttes internes… La soupe est vraiment très bonne. Question: qui prendra la décision de changer toutes ces pratiques, déjà maintes fois dénoncées dans le passé?

Chaque semaine dans Media Planet, l’actualité des médias et de la communication décryptée en vidéo par François Kermoal, fondateur de Steve & Cie. En partenariat avec l’agence média 146 & Cie. N’hésitez-pas à vous abonner pour être certain de ne pas manquer un numéro…

Lire la suite

Media Planet #19: Morandini, Brice de Nice, Pariscope

Bras de fer entre Morandini et la rédaction d’iTélé

Les Journalistes d’iTélé ne veulent pas de Morandini, mis en examen pour »corruption de mineur ».  Morandini et ses nouveaux patrons affirment, eux, qu’il a droit à la présomption d’innocence.

Sur le fond, on ne peut lui donner tort: il n’a pas été condamné, sinon par la presse. Mais Morandini est un personnage public, qui n’a jamais hésité, lui-même, à brocarder ses pairs. Un fond de commerce qui demande, comme la profession de journaliste, une éthique et une honnêteté irréprochables. Bref, tout ce que ne peut offrir, en tout cas pour l’instant, un animateur mis en examen pour des faits aussi graves.

Brice de Nice fait le buzz

C’est le buzz de la semaine. Pour le lancement de Brice de Nice, la Gaumont a fait croire aux Internautes qu’ils pouvaient télécharger et visionner gratuitement le film sur YouTube. Ce qui a généré plusieurs millions de téléchargements, un peu comme si Renault annonçait que la marque offre une voiture gratuite à ceux qui se rendent dans une concession. Moral de l’histoire: pour faire le buzz sur Internet et attirer le chaland, nul besoin d’imaginer une mécanique compliquée. Contentez-vous de remettre au goût du jour un grand classique de la promotion: demain, on rase gratis!

Pariscope, c’est fini

Pariscope, l’hebdomadaire des spectacles et de la culture, une véritable institution, est paru pour la dernière fois ce mercredi 19 octobre, après 50 ans d’existence, faute d’avoir su prendre le virage numérique. Il n’avait même pas de site Internet.

Les accrocs au papier pourront toujours se tourner vers son éternel concurrent, L’Officiel des spectacles, qui lui, a un site Internet et qui en a profité pour annoncer une nouvelle formule papier.

Question: depuis combien de temps n’avez vous pas acheté Pariscope? Bien voilà, c’est triste, mais vous savez pourquoi le titre a fermé.

Chaque semaine dans Media Planet, l’actualité des médias et de la communication décryptée en vidéo par François Kermoal, fondateur de Steve & Cie. En partenariat avec l’agence média 146 & Cie. N’hésitez-pas à vous abonner pour être certain de ne pas manquer un numéro…

Lire la suite

Media Planet #18: Guillaume Dubois remplace Christophe Barbier, le combat des quotidiens, et une ambition intime

Guillaume Dubois remplace Christophe Barbier à la direction de la rédaction de L’Express

Christophe Barbier a été remplacé à la la direction de la rédaction de L’Express par Guillaume Dubois, « après deux quinquennats », comme il le souligne. Mais il reste conseiller éditorial. Un job où il sera moins manager et plus journaliste. Ce qui résume assez bien la difficulté qu’ont les groupes de presse à trouver de bons journalistes qui soient aussi de bons managers. Capables à la fois de faire tourner la boutique, de réaliser un journal. Mais aussi d’imaginer une stratégie, de gérer le changement, surtout à l’heure du digitale. « Je n’appelle pas cela une mise à l’écart, j’appelle ça une mise en vitrine », assure Christophe Barbier. Des journalistes qui finissent en vitrine… Comme à Amsterdam?

Elections américaines: le combat des quotidiens

Trump vs Clinton. Clinton vs Trump. Ou la chronique de la haine ordinaire, le pire de ce que la démocratie peut produire, comme l’a montré le deuxième débat qui les a opposé. Mais en coulisse, c’est aussi un combat – beaucoup plus honorable celui-là – entre deux quotidiens qui ont marqué l’histoire de la presse et de la politique américaine: le Washington Post. Et le New York Times.

Le New York Times a grillé son concurrent sur la feuille d’impôts de Trump. Réplique du Washington Post qui a sorti les commentaires salaces du même Trump sur les femmes.

Bref, on se croirait au plus fort des années 70, quand le NYT publiaient les carnets du Pentagone et le Washington Post l’affaire du Watergate, qui amena la démission de Nixon. Même à l’heure de l’omniprésence des réseaux sociaux, la vieille presse continue toujours à jouer son rôle de rempart pour la démocratie.

Une ambition intime

Une ambition Intime, la nouvelle émission animée par Karine Le Marchand, a fait un carton sur M6, avec plus de 3 millions de téléspectateurs en moyenne et même un pic à 4 millions au moment où l’animatrice de L’Amour est dans le pré s’entretenait avec Marine Le Pen.

Ce mariage de la politique et de la télé-réalité a suscité pas mal de critiques, souvent très méchantes d’ailleurs. C’est vrai qu’en France, on n’aime pas beaucoup voir les gens changer de registre. Et il y a un monde entre L’amour est dans le pré et la politique. En même temps, quand on observe ce qu’a fini par donner le mariage de la politique et de l’entertainment aux Etats-Unis, peut-être serait-il préférable que la télévision française ne s’engage pas dans cette voie!

Chaque semaine dans Media Planet, l’actualité des médias et de la communication décryptée en vidéo par François Kermoal, fondateur de Steve & Cie. En partenariat avec l’agence média 146 & Cie. N’hésitez-pas à vous abonner pour être certain de ne pas manquer un numéro…

Lire la suite

Media Planet #17: MinuteBuzz, Donald Trump, et L’Oréal

 

Minute Buzz tue son site Internet

Eh oui, Minute Buzz a tué son site Internet, réservant sa production de sujets vidéo aux réseaux sociaux. Logique, ce sont les réseaux sociaux qui font son audience. Et compréhensible parce que Minute Buzz vit de brand content, souvent sous marque blanche, et de native advertising, c’est-à-dire de contenus payés par les marques. Media, agence de com… Minute buzz joue un peu dans toutes les catégories, donc. Avec l’objectif de pousser ses contenus partout où c’est possible, quitte à acheter de l’espace sur les réseaux sociaux. Facebook ou Twitter ne sont pas des philanthropes. Pour choisir sa visibilité, il faut payer. Et les éditeurs sont les derniers au courant quand Facebook change d’algorithme. D’où le danger aussi de leur laisser les clés du camion.

Les marques surfent sur l’actualité

Ce n’était pas la semaine de Donald Trump: le New York Times a sorti sa feuille d’impôt de 1995, qui montre qu’il n’a certainement pas payé d’impôts pendant des années, il s’est pris la tête avec une ancienne Miss Univers, et on l’accuse d’utiliser l’argent de ses associations caritatives pour régler ses propres affaires… Le monsieur finit par attirer les sarcasmes des marques. Une bière mexicaine a diffusé une pub qui se moque du mur que Trump veut faire construire à la frontière mexicaine. Quand les marques s’invitent dans l’actualité, joue un peu le rôle de média, finalement, même sur des sujets graves, cela peut être savoureux.

L’Oréal ouvre une boutique à Paris

L’Oréal a ouvert une boutique à Paris, la première en France, même si certaines marques du groupe ont déjà leur boutique. L’idée est de permettre à ses clients de tester pour de vrai certaines de ses applications et surtout ses produits de maquillage

On en vient toujours à l’éternel problème d’une marque, qui est la mise à disposition de ses produits dans la vraie vie. Quoiqu’on fasse, tout est toujours question de distribution. C’est vrai pour MinuteBuzz. Ça l’est aussi pour un groupe très puissant comme L’Oréal.

Chaque semaine dans Media Planet, l’actualité des médias et de la communication décryptée en vidéo par François Kermoal, fondateur de Steve & Cie. En partenariat avec l’agence média 146 & Cie. N’hésitez-pas à vous abonner pour être certain de ne pas manquer un numéro…

Lire la suite

Media Planet #15: François Hollande au Bon Coin, Laetitia Nadji, Twitter

Chaque semaine dans Media Planet, l’actualité des médias et de la communication décryptée en vidéo par François Kermoal, fondateur de Steve & Cie. En partenariat avec l’agence média 146 & Cie. N’hésitez-pas à vous abonner pour être certain de ne pas manquer un numéro…

Les 10 ans du Bon Coin

Qui aurait dit, à son lancement en 2006, que pour son 10eme anniversaire, Le Bon Coin déplacerait un Président de la République. Et pourtant, Le Bon Coin n’est pas une Entreprise du Cac 40, juste un site de petites annonces qui a réussi sur un concept: la simplicité.

Francois Hollande, président normal – et donc simple, qui va au Bon coin – à ne pas confondre avec le petit coin, cela nous rappelle évidemment Nicolas Sarkozy chez Google et surtout Barack Obama chez Facebook.

Bref, les entreprises de l’Internet s’institutionnalisent à grande vitesse. Le signe qu’elles aussi vieillissent, finalement.

La blogueuse qui interroge Juncker

La star de la semaine, c’est Laetitia Nadji, cette youtubeuse qui a interrogé Juncker, le président de la Commission européenne, pour YouTube, justement, et qui se plaint des pressions qu’elle a dû subir de la plateforme, qui n’a pas trop aimé ses questions. Il faut dire qu’elles étaient assez cash:

Plus récemment, Facebook a censuré la photo iconique de cette petite fille  brûlé au napalm pendant la guerre du vietnam.

Youtube, Facebook, Twitter… On sait que ces plateformes ne produisent aucun contenu. Et pourtant, elles décident de ce qui doit être publié ou non, comme un vrai média. Dont elle ont la puissance. Peut-être devront-elle finir par l’assumer, d’autant qu’elles ne se privent pas de gagner beaucoup d’argent sur le dos des médias, justement. Alors, distributeur ou éditeur?

Twitter assouplit encore sa règle des 140 signes

Twitter vient d’assouplir sa règle des 140 signes. Photo et vidéos ne compteront plus dans le nombre de signes.
Ce n’est pas la première fois que Twitter essaie de sortir de sa règle des 140 signes – qui a fait son succès – tout en lui restant fidèle… Un exercice compliqué, et un peu artificiel, il faut le dire, car Twitter permet de rediriger vers des pavés de la taille qu’on veut. Du coup, cela ne change pas grand chose mais ça fait parler de Twitter. Ce qui nous rappelle un vieux truc du marketing pour relancer l’intérêt d’un produit: en donner plus pour le même prix.

C’est un peu comme chez Apple, où chaque nouvel iPhone – y compris le 7, s’accompagne toujours d’une rupture d’approvisionnement. J’ai un bon copain qui ne comprend pas pourquoi, depuis le temps, le responsable des approvisionnements d’Apple n’a toujours pas été viré!

Lire la suite

Media Planet #13: les Rencontres de l’Udecam, l’iPhone 7, Kenzo World

Chaque semaine dans Media Planet, l’actualité des médias et de la communication décryptée en vidéo par François Kermoal, fondateur de Steve & Cie. En partenariat avec l’agence média 146 & Cie. N’hésitez-pas à vous abonner pour être certain de ne pas manquer un numéro…

Les rencontres de l’Udecam

C’était The place to be, mardi 6 septembre. L’Udecam, l’Union des entreprises de conseil et d’achat média, réunit chaque année, juste après les vacances, les professionnels du marché publicitaire autour d’un thème, cette année « le temps », ce qui nous a rappelé justement que l’on vieillit: souvenez-vous, les études budget-temps de l’Irep! Et cette année encore, il y avait un monde fou. Aussi bien pour écouter les interventions – et il y en a eu beaucoup, que pour socialiser et papoter avec les copains. Et de fait, il y a toujours autant de monde dehors que dans la salle, et ce même pendant les interventions. Comme si à l’heure des médias virtuels et de l’économie dématérialisée, on n’avait jamais autant besoin de se voir pour de vrai, de se parler en face à face, dans la vraie vie, quoi! « La vraie vie »: voilà un bon thème pour les prochaines rencontres de l’Udecam.

La sortie de l’iPhone 7

Ca y est: Apple lance, ce mercredi 7 septembre, l’iPhone 7. Question: quelle est la différence entre un iPhone, disons 4 ou 5, et un iPhone 7? Les deux appareils permettent de téléphoner, de recevoir des mails, de consulter Internet, de lire des news… Bref, à moins d’être un geek, rien ne les différentie vraiment. C’est d’ailleurs en partie pour cela qu’Apple encouragent à faire des mises à jour de ses programmes, avec pour résultat, on le sait, de rendre nos vieux modèles totalement has been. Et pourtant, on ne peut s’empêcher de télécharger les nouveaux systèmes, comme si on avait peur de rater quelque chose, alors que l’on sait très bien que toutes ces marques de hi-tech sont les reines de l’obsolescence programmée. Mais la peur d’être has been surpasse toujours celle de se retrouver avec un vieux clou. Bref, Apple aurait tort de ne pas continuer ainsi.

Kenzo World par Spike Jonze

Il y a tellement peu de pubs qui déchirent que l’on ne va pas manquer celle du Kenzo World, qui fait pas mal de buzz depuis son lancement, fin août. C’est signé par Spike Jonze et c’est ultra frais, même si les observateurs avertis ont relevé que le réalisateur avait imaginé quelque chose d’assez proche, il y a quelques années, avec l’acteur Christopher Walken. Ca m’a rappelé qu’à une certaine époque, on reprochait toujours à Jean Paul Goude, dont on reconnait d’emblée la touche, de toujours faire du Jean-Paul Goude… Mais c’est justement pour ça qu’on fait appel à ce genre de star créative, non? Pour leur personnalité. Si Modigliani ou Van Gogh vivaient encore, on leur demanderait de faire du Modigliani et du Van Gogh, pas du Picasso. Bref, tout ça pour dire que les créatifs devrait s’inspirer d’Apple pour mieux maîtriser l’obsolescence programmée.

Musique: Jeff Kaale. https://soundcloud.com/jeff-kaale

Lire la suite

Media Planet #12: Macron, les chaînes info, International New York Times

Chaque semaine dans Media Planet, l’actualité des médias et de la communication décryptée en vidéo par François Kermoal, fondateur de Steve & Cie. En partenariat avec l’agence média 146 & Cie. N’hésitez-pas à vous abonner pour être certain de ne pas manquer un numéro…

Media Planet #12 from Steve & Cie on Vimeo.

Emmanuel Macron quitte le gouvernement

Bon, c’était prévisible. Emmanuel Macron, Ministre de l’économie et des finances, quitte le gouvernement, officiellement pour se consacrer à son mouvement En marche, sans parler de L’élection présidentielle de 2017. Quoiqu’il fasse, Macron devra 1/clarifier son positionnement sur l’échiquier politique, où on n’aime pas les électrons libres, et 2/Mieux maîtriser sa communication, un peu déroutante.

Macron cet été en Une de Paris Match avec son épouse, ça faisait un peu Camping 2. Quant à Macron au Puy du Fou avec Philippe de Villiers, l’un des premiers soutiens de l’extrême droite… Même pour quelqu’un qui ne se dit pas de gauche, il risque de faire fuir ses partisans.

La guerre de l’infos

L’info fait l’info. Après la guerre BFM – iTélé, deux nouvelles venues dans le grand bain des chaines d’infos gratuites: LCI et bien sûr France Info, la nouvelle chaîne du service public, dont on peut découvrir la campagne d’affichage. Ajoutez France 24, Euronews, et i24news, et ça fait vraiment beaucoup de monde sur le même fromage, d’autant que même si certaines, comme LCI, ont bâti leur grille pour privilégier le magazine, il suffit d’une grosse info pour que toute les chaînes proposent finalement exactement la même chose. Exemple cette semaine avec Macron, toujours lui.

Rendez-vous à la fin de l’année, donc, pour faire un bilan sérieux des gagnants et des perdants, sachant que les premiers résultats de cette guerre de l’info ne devraient pas tarder. Les observateurs de la télé adorent, on le sait, donner le résultat du match dans le premier quart d’heure de la première mi-temps.

The Herald Tribune tourne la page

Fin de la longue histoire d’amour entre le quotidien héritier du Paris Herald et la capitale française… La quasi totalité de la rédaction de l’international New York Times va quitter Paris à l’automne selon Presse News. Le titre fait également l’objet d’un plan de sauvegarde de l’emploi. Une page se tourne, donc, pas forcément dans le bon sens, quand on connait la longue histoire française de ce titre lancé en 1887 à Paris par le journaliste James Gordon Benett Junior… Une pensée aussi pour Jean Seberg, qui vendait le titre sur les Champs Elysées dans un film de la nouvelle vague au titre finalement assez prémonitoire: A bout de souffle…

Musique: Jeff Kaale. https://soundcloud.com/jeff-kaale

Lire la suite